11 (428) 01.11.2018 - 30.11.2018

’
’ ۭɭ ֭ ݭ˲ʲ ŭ ͭǭ ݭ˲ حʲ

­­­ ­­ ­ ­­ ­­­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­­. ­­­­ ­­­ ­ ­ ­ ­­ ­­­ ­­ ­­ Ţ­ ˳­­­ ­. ­ ­ ­­ ­­­­­ ­­­ ­­?

 

— ­­ ­­ ’­­ ­ ­­ ­­, ­­ ­­­­­­ ­­­­ ­­. ­­­ ­­­ ­, ­­­ ­ ­­­ ­­­ ­­.

 

­­ ­ ˳­­ ­ ­­ ­ ­ ­­­ ­ Ţ­. ­­ ­­ ­­, ’­­ ­­­ ­ ­ ­­­ ­ ˳­­­. ­­, , ­­­, ­­­ ­­ ­. ­ ­­ ­ ­­­ ­­­­­ ­, ­­ ­ ­ 1588 ­ ’Ⳣ­ ­­­ ­ ­­­ Ţ­, ­ ­­ ­ ­­­ ­ ­ ­­ ­­ ­ ­­?

 

­­­ ­­ ­­­ ­­ ­­ ­­ ­­, ­­­­ ­­­ ­. ­, ­­­, ­, ­, ­, ­­, ­­ ­­ ­­­. ­ ­­ «­­», ­­ ­­­ ­. ­ ­­ ­­­­ ­ ­ ­: ̳­­, ­­, ­, ­­­, ­­­, ­. ­­­ ­­ ­­ ­, ­, ­­­ ­ ­ ­­­ ­­­ ­ ­­­.

 

­ « ˳­­­ ̳ ­­­­», ­ ­­­­ ­­ ­­볳, ’­ ­­­, ­­ ­, ­­, ­ ­ ­­ ­ ­, ­, ’­, ­­­ , ­­ ­ ­, ­ ­, ­­ ­­­ ­­. ­­ ­­ ­ ­­­ ­. ­ ­­ ­­ ­­ «­­. ­­. ­­­». ­­ ­­­ ­­­­­ ­, ­­­­­ ­, ­ ­­­ ­­­ ­­­, ­ ­ ’­ ­­ ­­ ­­­ ­­­ ­ ­­­­­ ­­, ­­ ­ ­­­ ­­­ ­, , , ­ ­ ­­­ ­­ ’.

 

­­­ ­­­ — ­ ­ ­­ ­ ­­­ ­. ­ ­­­ ­ ­­ ­­­?

 

— ­­­ «­­ ­», ­­ ­­­ ­ ­ ­­­. , ­ ­, ­­ ­ ­­­ ­ ­­. ­­­­, ­ «­ ­­». Ѹ­ ­­ — ­­­ ­­, ­­ ­ ­­­ ­ ­­. ­ ­­­ ­­ ­­, ’­­ ­. ­ ­­ ­­ ­­­­. ­ ­ ­, ­ ­ ­ ­­­ ­ ­­­. ­ ­­ ­­ ­ ­­, ­ ­­­, ­­ ’­ ­­ ­­㳳. ­­­ ­­­ — ­ ­­, ­­­­­ ­­ ­­­­. ­ ­ ­­ ­­ ­, ­ ­­­ ­, ­­ ­­­ ­­­ ­ ­­­. ­­­ ­­­ ­­ ­­ ­­­ — ­ ­, ­­ ­ ­­, ­­ ­­ ­­­­ ­­­ ­­­ ­. ­­­ ­ ­ ­­ ­ ­ ­.

 

­­­­ ­ ­­ ­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­­? ­ ­­­ ­­­­ ­ ­?

 

— ­­­ ­ 25-­­ ­­ ­­ ­­­­ ­­­, ­­ ­ ­ ­­ Ţ­. ­ ­ ­­ ­, ­­ ­­ ­­ ­ ­ — ­ ­­ ’. ­­ ­­ Ţ­­­ ­ ­ ­­ ­ ­ ­ ­ ­­­­ ­, ­ ­­ ’ ­­­ ­­ ­­­­ -

­, ­ ­ ­­ ­­. ­­­ ­, ­­ ­, ­­ , ­ ­ ­­­ ­­­. ­­ ’­ ­­ ­­ ­­ ­­ ­­­, ­­­­­ ­­­ ­­­ Ţ­. ­­ ­­ ­­ ­­­ ­, ­­­ ­­ ­, ­­ ­­­ ­ ­­ ­­­ ­. ­ ­ ­­ — ­ ­ ­­ ­­ ­, ­ ­­­ ­­­, ­­, ­­­ ­­­, ­, ­­ ­­­ .

 

­­­ ­ ­ ­­ ­­­ ­ ­­­ ­­ ­?

 

— ­ ­ ­­­ ­ ­­­ ­­ ­­­ ­ ­ ­­­­. ­­ ­ ­­­­, ­­­ ­­ ­ — 2,5 3,5 ­­ ­­. ­­, ­­­­ ­ ­ ­­: ­­ ­­­ ­­­ ­ XIX — ­­ XX ­­; ­­ ­ ­ ­­ ­; ­­ 1990-; ­­ ­ ; ­­ ­­­ ­­, ­­­ ­ⳳ, ˳­, ­, ­ ­, ­­, ­­ ­­­ ­­.

 

­ ­­­ ­ ­ ­, ­­ ­­. ­ ­­­ ­­ ­­ ­­­, ­­­, ­­­, ­­, ­­­­, ­­­, ­, ­­­... ­ ­ ­­­ ­, ’ ­ ­­ ­­­ ­­ ­­­. ­ ­­ ­­, ­­ 15 ­­ ­­­ ­쳳 ­ ­­­ ­­.

 

­ ­­­­ ­­­ ­­­ ­. ­­ ­ ­ ­­­ I- ­ ­­ ­­ ­­, ­­ ­ ­­ ­縢 ­­­, ­­­ XVIII ­­.

 

­­ ­­ ­­ ­­­ ­­­ ­ XIX ­­: ­­, ̳­­, ­­, , ­­­, ­ . ­ ­ ­­ ­ ­ ­ ­­ ­ ­­­ ­ ­­ XX ­­: ­, ­, ­, ʳ­­, ­, ­ .

 

­ ­ ­­ ­ 6000 ­­­ ­­­ ­­, ­ 300 ­­­ ­­ ­­­ ­ ­. ­ ­­­ ­­ ­ ­ ­ ­, ­ ­­ ­­ ­­, ­ ­­ ­­ ­­­, ­­ ­­­­ ­, ­­ ­­­, ­­­ ­ ­ ­­­. ­ ­ ­­ ­ ­­ ­­­-­­ ­­­, ­­ ­­ ­­­­ ­ ­ ­­ ­ ­, ­­­­.

 

, ­ ­ ­ ­­­ ­ ­­­ ­­­ ­­­, ­­­ ­­ ­­, ­­­ ­­­ ­­, ­­­ ­­­ ­­­ ­­ ­­­ ­­ «Art Capital» -­ ­­­ ­­ «­­­ ­» ­­ ­, ­­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­­ ­­, ­­ ­. ­­ ­­ ­­­­ ­­­ ­ ­­ ­ «­­» «­­», ­­ ­­ ­­­­ ­­­. ­­­ ­­ 2014 ­ ­ ­­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­­­­ ­­­­ ­­­ ­­ ­ ­­­ ­­ «­­­ ó ­­­ ­». 2017 ­ ­ ­­ ­­­ ˳­.

 

­ ­­ ­ ­­­ ­ ­­ ­­ ­­­ ­­­ ­ ­­­ ­ ­ ­. ­ ­ ­­ ­ ­­­ ­­­ ­­ ­ ­ ­­­­ ­­­ ­­­­ ­­­­ ­­­ ­­, ­ ­­ ­­ ­­ — ­­ ­ ­­.

 

­ ­­­, ­­ ­­­ ­­ 2013 2018 ­, ­ ­­ ­­­­, ­ ­­ ­­­ ­­? ­­­ ­­ ­­ ­­ ­­­ ­­­?

 

— ­­ ­­­­ ­ ­ ­ . ­­­ ­ ­­­, ­­­ — ­­­. ­ ­­ ­­­ ­, , ­­, ­­­ ­­ ­­ ­­­­ ­­ ­­, ­­ ­, ­­ ­ ­: ­ — ­­ — ­­­­ ­­­­ — — ­­ ­­ — ­­ ­­ — ­­­ ­­­. ­ ­­­­ ­­ ­. ­­ ­­ ­­­ ­, ­­ ­ ­­ , ­­ ­­ ­­­, ­­­ -­­­ ­­ ­.

 

­, ­ ­­­­­ ­ ­­ ­ — ­ ­­ ­­ ­­­­ ­ « ­­» ­­ ­ ­ ̳­­­. ­­: ­­ ­, ­­ ­­­ ( ­) — ­­ ­­­ , ­ ­­ ­­­ ­ ­­ ­. ­ ­ ­ ­ 700 ­­, ­ , ­­­ ­ ­­ ­ — ­ ­ ­­: ­­ ­.

 

­ ­ ­, , ­­, «» , « ­­» -­­ ­ ̳ , ­­ «­­», ­­­ ­­­ ­­­ ­­­㳳 ­­, ­, ­ ­, — ­ ­­ ­­­ ­­.

 

­­ ­­ ­­­ ­­­ ­­, ­ ­ — ­­ «­­­­». ­­ ­­­­, ­­ ­­­, ­­, ­­­, ­­­­. ­ ­­: ­ ­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­, ­ ­­­ ­­ ­­ , — .

 

­ ­­ ­­­-­­­ ­­­­­ ­­­­. ­­­ ­­­-­­­ ­ ­ ­ ­ ­?

 

— ­­­ ­­­ ­­ ­­­­ ­­ ­­. ­ ­ ­­ ­­­­­ ­­. ­­, ­­ ­­ ­­ ­­ ­ 2015 ­ ­­­ ­­­ ­­ «Art Capital» -­ ­­ ­ ­­­ ­­­ ­­ ­­ ­­­.

 

­­­ ­­ ­­ ­­. ­­­ ­­ ­­ ­ ­­­ ­­ ­­­ ­­. ­­­ ­­­ ­­­ ­­­­ ­. , ­ ­ ­­­, ­ ­ ­­­­ ­ ’-­ ­. ­­­­ ­­­ «­­» ­­­ ­­­ ­-­ ­­­ ­­­. ­­ ­­ ­­ ­­­ ­, ­­­ ­­­ ­ ­­ ­­ ­ ­ ­ ­­­ ­­ ­ -­. ­­­ — ­­­­ ­­ — ­­­­­­ ­­ ­­­­, ­ «­­­» ­­­ ­­ ­ ­­ ­ ­­ — ­ ­­ ­­ ­­.

 

­ ­­ ­ ­ ­­ ­­ ­­. ­­ ­ ­­ ­ ­­. ­­ ­ ­­ ­­­ ­ ­­, ­­, ­­­ ­, ­­­ ­­­ ­­­ ­­­ ˳­, ­, ­-­­, ­, ­­, ­­, ­­, ­­, -­, ­­, ­­ ­­­ ­­ ­­, ­­, ­­ ­…

 

­­­ ­­­ ­ ­ ­­­ ­­­. ­ ­­ ­­­­­­?

 

— ­­ ­ ­­­ ­­ ­­­ ­ ­ ­, ­­, ­ ­­­ ­­­ ­­ ­­­ ­­­ ­­ , ­­­. ­ ’­ ­­­ ­­ ­­­-­­ -­ ­­­. ­­ — ­­ ­­­ ­ ­­ ­­­ ­, ­­­ ­ ­­.

 

­­­ ­­­ ­ ­­ ­­ ­­ ­­. , ­­, ­ ­­ ­ ­­­ ­­ ­­­ ­ ­­­ 260 ­ ­­ ­ ­­ ­­ ­­ ­­­ ­. ­ ­­­ ­­ ­­­ ­­ ­­쳳 ­­, ­-­­­­ «­» ­­­ ­­­­ ­­ ­ ­ ­­ ­ ̳­ ­­ ­­­ ̳­­­ ­­­-­­ ­­­ «­­­ ­ ­­ ­­­ ­­», ­­ ­ ( ­ ­­­ ­’) ­ ­­ ­­­­ ­­. ­­ ­­ 260 ! ­ ­­­­­­ ­­­ ­­.

 

­­­­ ­­ ­ ­­­ ­­ ­­ ­­­, ­ ­­ ­­ «­­­ ­­ ­­­­», ­­ ­­ ­­­ «Art Capital», ­­ ­­­­ ­­­­ ­­ ­­ ­­­, ­­ ­, 

­­­­ ­­ ­ ­­­, , ³ , ­­ ­ ­­ ­­ ­ ­­­, ­­­ ­­, .

 

2016 ­ ̳­ ­ ­­­­ ­­ ­­­ ­­­ ­­ ­­ ­ ­ ­­­­ ­­ ­­ ­ «­» ˳­.

 

­ ­­ ­ ­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­­ ­­ ­. , 2015 ­ ­ « ­­­» ­ ­­ ­­­ ­ ­­­, 2016 ­ ­ «³­ ­» ­­ ­­­­­ ­­­ ­ ­­ ­­ ͳ­­­, ­­ ­ ­ ­­, ­­ — ­­ ­’ ­­.

 

­­­ ­­ ­­ ­, ­­­ ­­ ­­­ ­­­­. ­ ­­ ­ ­ ­?

 

— Ѹ­ ­­­ ­ ­­ ­­­ ­­ ­­. ­­ ­­, ­­ ­­ ­. ­ ­­ ­­ ­ ­­ ­ ­­­, , ­­ ­­ ­, ­ ­­ ­­-­­ ­­, ­­­ ­­­­ ­­ ­­ ­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­. ­­­ ­, ­ ­­­ ­ ­­ ­, ­­­. ­ ­ ­, ­ ­ ­­ ­­­ ­­. ­ ­ ­­­ ­­, ­ ­ ­­, ­­­ ­­. ­­, ­ ­, — ­ ­ ­­ ­­ ­.

 

­ ­­ ­ ­­, ­ ­­­ ­. ­ ­­ ­­­ ­­­­ ­ ­­ ­­ ­­ ­­­. , ­­, ­ ­ ­­ ­­!

 

­­ ­ ­­ ­­ ­­ ­­ — ­ ­­ ­­­ ­­­ ­­. , ­ ­ ­­ ­­ ­ ­­­ ­ ­­­ ­, ­­­ ­ ­ ­­ ­­. ­ ­­­ ­, ­­­­ ­ ­­, ­ ­­ ­ﳳ ­­ ­­­ ­ ­­­­ (­­ ­ ̳­­­ ­­) ­ ̳­. ­ ­­ ­­­­ ­­­ ­. ­ ­­­­ ­­­ ­­, ­­­ ̳­­­ ­­ ­­ ­­ ­­. ­ ­­­ ­ ­­ ­ ­ ­­ ­­ ­ ­­ ­­ ­ ­­­. ­­­­ ­ ­­ ­­ ­­­ ­­ ­ ­ ­­ ­­ ­­, ­­ ­­­ ­­ ­ ̳­­ ʳ­­. ­­ ­- ­­, ­ ­ — ­­ — ­ ­ ­­-­ ’! ­­ ­­ ­­­ ­­­ ­­ ­­­ ­ ­­, ­ ­­ ­­ ­­­ ­­ — ­ ­­­­ ­­ ­­­. ­­­: ­ ­ ­­­ ­ ­ ­­­ ­­­ ­­­ ­ ­­­. ­­, ­ ­ ­ ­­­ ­­­­ ­­, ­­­ ­­, ­­ ­­­ ­­, ­ ­­, ­­­­ ­­: ­ — ̳­ ­­ ­­­, ­ ­ — ­, ʳ­­ — ­­.

 

, . «», «», « », «», «», «», «», «-», «-ѳ» , «» , «» , , «-», «», «», «100», «-100», «-», «-», «-», «» , «», «», «», «5 », «Ars Communications», «̳ -

», «Bel-Met-BMZ», «--», , , ̳, , «LOGIBAT», ̳ , ˳, . . . .

 

­­­­, ­ ­, -­ ­­­­­ ­­.

 

— «­­­ ». ­­ ­­­ 2016-. ­­ ­­ ­ ­ ­­, ­ ­ ­­ ­­ ­­. ­­­­ ­­ ­­­, ­­­­ ­ ­­, ­­­, ­­ ­. ­ ­­ ­­-­ ­ ϳ­­ ­­, ­­ ­­ ­ ­­­. ­­ ­ ­­ — ­­ ­­ «ó­ ­­ — ­ ­» ­ ­­. , ­­, ­­, ­­ — ­­ ­­ ­, ­ ­ ­­ ­­­. ­­ ­ ­­ ­ ­­, ­­…

 

­­­ ­­ ­­, ­ , ­­ ­ ­, — ­ ­­­? ­ ­ ­­.

 

­. Ѹ­­ 26 ­­­ ­­ ­ ­ ­­ ­­­ ­­ ­ ­­, ­­­ ­­, ­­­ ˳­­­, ­ ­­­ ­ 250 ­ ­­­ 15 ­­ ­­, ­ ­ ­­­­­ ­­­ ­ ­­­ ³­­­ ­­­ ­­­ ­. ­­­­ ­ ­ ­­ ­­­ ­ ­­ ­­ ­­ ­­.

 

ֳ , ­­­, ­­ ­­­ ­ ­­, ­ ­ ­­­ ? ­ ­­, ­­ ­ ­ ­ ­­­­.

 

­­­ ­­­ ­­ ­­ ( ̳­­­ ­­ , ­­), ­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­­­ ­ ­­­­­ ­­, ­­­ ­­­ ­­?

 

— ­­ ­­­­ ­ ­ ­ ­ ­: ­ ø­ ­­, ­ ­­ ­­볳, ­ ­, ­­ ­, «­­­­­»…

 

­­ ­­ ­­ ­­­ ­ ­­­­ ̳­­­ ­­­ ̳­­­ ­­ 2010 ­. ­­ ­ ­ ­­ ­ ­ ­­, , , ­­­ ­. Գ­­­ ­­ — ­­ ­­ ­­­. ­­­­, ­­ ­ ­­.

 

­ ­­­. 2008 ­ ­ ­­ ­ ­­­ ­­­ ­ ­. ­ ­ ­­ ­­­ ­ ­­­ ­­ ­.

 

­­ ­, ­­ ­­­­ ­­, ­­ ­­ ­­ ­­ — ­, , ­ ­­ ­­ ­ ­.  

 

.

 

 

 

Le temps est venu pour ramasser des pierres

INTERVIEW DE PAVEL LATUSHKA, AMBASSADEUR EXTRAORDINAIRE ET PLÉNIPOTENTIAIRE 
DE LA RÉPUBLIQUE DU BÉLARUS EN RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

La culture dans le monde actuel sert de contrepoids aux conflits sociaux et politiques. Vous avez évoqué à plusieurs reprises les paroles de Charles de Gaulle sur l’importance de construire une Europe de Lisbonne à l’Oural. Et quelle place le Bélarus occupe-t-il dans l’espace culturel européen?

 

— Le Bélarus a toujours fait partie de l’histoire européenne et, évidemment, de l’espace culturel européen. Des représentants de la noblesse biélorusse, de l’élite biélorusse formaient des dynasties royales.

 

Le Grand-duché de Lituanie jouait un rôle important dans la vie politique de l’Europe. Il nous reste à comprendre ce que représentaient les terres biélorusses au sein du Grand-duché de Lituanie. Sans doute, nous autres Biélorusses, nous déterminions le développement du Grand-duché dans beaucoup de choses. Si les statuts du Grand-duché de Lituanie étaient rédigés en langue biélorusse ancienne, et de facto le Troisième statut 1588 fut le prototype de la première constitution en Europe pourquoi nous ne devons pas en être fiers et pourquoi ne pas en parler à nos partenaires? Nous avons laissé une trace dans l’espace culturel mondial et grâce aux grands hommes qui étaient nés sur le sol biélorusse. Ce sont, évidemment, Chagall, Soutine, Zadkine, Domeyko qui sont liés à l’histoire française. C’est le nom Dostoïevski qui est originaire du territoire de Bélarus. Ce sont de nombreux célèbres écrivains et poètes de notre pays: Mickiewicz, Kupala, Kolas, Bogdanovich, Karatkevich, Bykov. Ce sont des gens bien concrets qui créent la culture, et on ne peut pas surestimer le rôle de la personnalité dans la formation de la culture d’une nation. Le projet «De Lisbonne en passant par Minsk jusqu’à Vladivostok» dont l’idée était née dans la capitale portugaise, est un projet symbolique mais bien concret, par ce projet nous faisons comprendre qu’aujourd’hui il faut construire un espace sans frontières, il ne faut pas diviser mais unir malgré le fait que nous appartenons à des pays différents, à des nations et religions différentes. Grâce à ce projet, de nouveaux projets naissent. Ces jours-ci, nous avons inauguré à Paris conjointement avec le Musée national d’histoire de la République du Bélarus une exposition «Bélarus. Religion. Tolérance». L’exposition est consacrée à la paix entre les confessions, à l’entente entre les nations qui existent depuis des siècles sur le territoire du Bélarus, et notre pays sert d’exemple de coexistence pacifique des représentants de différentes nations et confessions, ce qui est très important pour la construction du monde moderne qui, malheureusement s’enfonce dans des crises.

 

La diplomatie culturelle c’est dans une certaine mesure la vente du récit sur le pays. L’image de quel Bélarus il faut retransmettre aux étrangers?

 

— Nous sommes «une nation riche» à tel point que nous sommes prêts à renoncer à nos hommes de culture. Nous, pour ainsi dire, avons offert beaucoup de personnalités et d’événements culturels à nos voisins. Je suis certain, le temps est venu pour «ramasser des pierres». Aujourd’hui, le Bélarus est un pays indépendant, et nous devons comprendre la continuité de notre histoire. Elle a connu des périodes de développement dramatiques, mais elle ne date pas d’hier. C’est une histoire séculaire et même millénaire.

 

Voilà ce qu’il faut comprendre, si nous voulons penser à l’avenir de notre État. C’est ce dont doivent s’occuper les institutions d’éducation et de culture qui sont en réalité le fondement de l’idéologie.

 

La présentation de la culture est un des outils importants utilisé par la diplomatie contemporaine. Cette sphère est plus facile à comprendre pour ceux qui aimeraient en savoir plus sur notre pays, sur les processus d’émergence et de formation de la nation et de l’État. La culture biélorusse est composée deu passe et du présent, c’est l’instrument que nous devons utiliser plus large, systématiquement et à plus grande échelle pour promouvoir le Bélarus dans le monde. A travers la culture, nous pouvons créer une marque d’image pour la perception de notre pays à l’étranger.

 

En quoi votre propre stratégie de présentation de la culture biélorusse à la société française consistait-elle? Quelles difficultés avez-vous rencontrées sur ce chemin?

 

— Malgré une histoire longue plus de 25 ans depuis l'indépendance du Bélarus, les Français ne nous associent pas jusqu’à présent à l’Europe. Si nous voulons changer quelque chose, nous devons parler de nous-mêmes et nous présenter comme une partie de la famille européenne. Le Bélarus ne fait pas partie de l’Union Européenne et ne se pose pas à ce stade cet objectif de politique étrangère, mais la vie de la famille européenne ne s’arrête pas aux frontières politiques, c’est un espace plus large. Il n’est pas correct de dire que seulement les pays qui font partie de l’UE ont le droit de s’appeler européenes. Nous sommes aussi un pays européen dès notre naissance, car territorialement et mentalement nous nous trouvons en Europe. La société française n’est pas prête à aller, à sa propre initiative, jusqu’à en apprendre plus sur les pays qui sont devenus indépendants après l’éclatement de l’Union Soviétique. Donc, notre tâche est de parler de nous, de manière plus active et systémique, y compris par l’organisation de journées de la culture, de manifestations musicales et théâtrales, d’expositions, de concerts et d’événements de toute sorte.

 

A quel point le rôle des activités culturelles de la diaspora biélorusse en France est-il important?

 

— Au gré du destin, beaucoup de Biélorusses se sont retrouvés, à de diverses périodes historiques, hors de notre Patrie. Selon différentes estimations, la diaspora biélorusse dans le monde compte de 2,5 à 3,5 millions de personnes. La diaspora est constituée de cinq composantes: émigrés du territoire de Bélarus fin XIX-début XX siècle(s); émigrés de la Deuxième guerre mondiale;

émigrés des années 1990; migrants à l’intérieur de l’URSS; minorités biélorusses natives de Lettonie, Lituanie, Pologne, Russie et Ukraine qui vivent dans les régions limitrophes de la République du Bélarus.

 

Beaucoup de nos compatriotes se sont acquis de la gloire, sont devenus mondialement célèbres. Parmi les Biélorusses de l’étranger il y a de célèbres hommes politiques, économistes, scientifiques, peintres, écrivains, musiciens, acteurs, metteurs en scènes... Si je me mets à énumérer tous les noms, il faudra plusieurs numéros du magazine pour pouvoir contenir mon interview. C’est pourquoi je me contenterai de rappeler qu’au minimum 15 lauréats du prix Nobel ont des racines biélorusses.

 

Depuis le Moyen-Âge, des Biélorusses venaient en France pour s’y installer. La rue Radziwiłł dans le 1er arrondissement de Paris, qui tient son nom du palais des princes Radziwiłł qui s’y trouvai au XVIII siècle, en est la preuve.

 

Beaucoup de Bélorusses mondialement connus vivaient en France au XIX siècle: Domeyko, Mickiewicz, Kościuszko, Orda, Wańkowicz, Ogiński et d’autres. Il convient d’évoquer à part toute une Pléiade de célèbres peintres de l’école de Paris de la première moitié du XX siècle: Chagall, Zadkine, Soutine, Kikoïne, Lubitch, Zarfin...

 

Actuellement, plus de 6000 représentants de la diaspora biélorusse vivent en France, environs 300 étudiants biélorusses y font leurs études. Ces dernières six années, la diaspora biélorusse en France est devenue plus active, ses activités se caractérisent par une approche systémique dont témoigne le nombre d’associations créées et de manifestations organisées par ces associations. À présent, en France il y a neuf associations franco-biélorusses, qui s’occupent du développement de la coopération entre les deux pays dans de différentes sphères, avant tout humanitaire.

 

Ainsi, ces dernières années, les Journées de la culture biélorusse, les Saisons musicales biélorusses, les Saisons théâtrales biélorusses, des expositions de peintres biélorusses au Salon international «Art Capital» au Grand Palais et au «Salon d’automne» sur les Champs Elysées sont organisées en France sur une base pluriannuelle, la célébration des anciennes traditions biélorusses La nuit de Kupala, Koliada et Dziady a été reprise. Avec le soutien de la diaspora, on a organisé en France des concerts des ensembles nationaux «Pesniary» et «Kharoshki», d’un nombre d’autres groupes de danse et de chant. Depuis 2014, la diaspora biélorusse soutient activement l’initiative de l’Ambassade d’organiser à la veille de la célébration du Jour de l’Indépendance de la République du Bélarus une action sur la place du Trocadéro à Paris «Chantons l’hymne national ensemble». Depuis 2017, la même action est organisée à Lyon aussi.

 

Les activités de la diaspora dans le domaine de la culture favorisent une meilleure compréhension du Bélarus par les Français et forment une image positive de notre pays à l’étranger. Ces six dernières années, des représentants de la diaspora biélorusse en France les plus actifs ont été décorés de décorations nationales et ministérielles de la République du Bélarus, parmi eux Arkadi Volodos et Georges Sosnovski décorés de la médaille Fransisc Skaryna.

 

Des centaines de manifestations organisées par l’Ambassade durant 2013—2018, desquelles êtes-vous le plus fier, lesquelles ont été les plus remarquables et importantes? Comment a évolué la perception du Bélarus et de la culture biélorusse par les Français?

 

— En effet, nous avons réalisé des centaines de projets durant ces six années. Certains étaient grandioses d’autres — ponctueles. Mais même un projet relativement petit, disons, l’organisation d’une exposition d’un peintre biélorusse à Paris demande beaucoup de travail qui n’est pas toujours visible de l’extérieur: peintre — plateau — fonds extrabudgétaires — transport des oeuvres — organisation d’une publicité — invitation à l’inauguration —

organisation de la manifestation elle-même. Entre les traits d’union, également des actions. J’ai choisi exprès un petit projet pour que les lecteurs puissent se faire une idée de combien d’efforts il faut entreprendre pour organiser un véritable grand projet.

 

Peut-être, le plus remarquable premier grand projet c’était la présentation à Paris du spectacle «Pan Tadeusz» d’après le poème éponyme d’Adam Mickiewicz. Figurez-vous: une grande troupe, beaucoup de costumes et de décors (trois camions) et de grandes dépenses financières et pas un rouble des ressources budgétaires. Mais lorsque 700 personnes sont venues voir le spectacle, une salle comblée, et à la fin du spectacle; tous ces gens applaudissaient debout les acteurs — alors en ce moment-là on comprend qu’on n’a pas travaillé pour rien.

 

Il y a eu également d’autres grands projets, comme par exemple, un stand de Bélarus au Festival de Cannes conjointement avec «Belarusfilm» quatre ans de suite, le «Bal d’Oginski» au siège de l’UNESCO conjointement avec le château de Mir, la tournée de «Kharoshki», et justement, les représentations de la dramaturgie biélorusse, le succès qu’elles ont eu, je garderai ces souvenirs toujours.

 

Pour ce qui concerne la perception de la culture biélorusse et d’autres cultures par les Français il faut comprendre que les Français sont «francocentriques». Ils ont leurs célèbre cinématographe, célèbres musiciens, peintres, sculpteurs, écrivains. Et, pourtant, il y une tendance visible — plus nous organisons de manifestations culturelles en France, plus de Français viennent les voir, et durant ces années ils se comptent par centaines de milliers.

 

Vous accordez beaucoup d’attention à la coopération régionale franco-biélorusse. Quels projets historiques et culturels marquants dans cette sphère pouvez-vous citer?

 

— La culture et les événements culturels ne doivent pas se concentrer uniquement dans les capitales. C’est pour cela qu’il est important de travailler avec les musées régionaux. Par exemple, le moment principal de la conception de la première participation en 2015 d’une délégation biélorusse à l’exposition «Art Capital» au Grand Palais à Paris était la participation de peintres biélorusses de toutes les régions du Bélarus.

 

Et c’est là qu’une histoire très curieuse a eu lieu. Lors de la préparation à l’exposition, nous avons perdu le contact avec le sculpteur Serguei Partsiankov de Gomel. Nous l’avons retrouvé avec l’aide du directeur du cirque de Gomel. Mais, lorsqu’il a fini la sculpture, il ne nous restait plus de temps pour transporter l’œuvre en papier mâché à Paris. Nous avons convenu avec la direction de «Belavia» de la transporter en business-class à bord d’un avion de la compagnie. Le jour de l’ouverture de l’exposition, l’œuvre a atterri à Paris, un employé de l’Ambassade l’a accueillie comme une personne importante au pied de la passerelle de l'avion et l'a conduite directement au Grand Palais. Quelques jours plus tard — j’étais en déplacement à Marseille — on m’a joint au téléphone depuis Paris pour m’annoncer que la «malheureuse» sculpture avait reçu l’un des plus prestigieux prix de l’exposition — le prix de l’association du baron Taylor.

 

Plus de la moitié de notre travail s’effectue dans les régions françaises. Et là aussi, on ne peut pas ne pas mentionner l’aide de notre diaspora. Grâce à nos activistes, nous organisons régulièrement des concerts, des expositions, des performances théâtrales, et des célébrations de fêtes anciennes et autres à Lyon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Cannes, Toulouse, Grenoble, Avignon, Strasbourg, Saint-Malo, Mougins et d’autres choses petites villes de Provence, Bourgogne, la Vallée de la Loire…

 

L’Ambassade du Bélarus en France organise aussi beaucoup d’évènements au Bélarus? Quels ont-été les évènements les plus marquants?

 

— L’objectif principal pour une Ambassade est de représenter son pays à l’étranger, mais il me semble que notre soutien à la présentation de la culture française au Bélarus nous enrichit aussi, nous autres Biélorusses. La réalisation de projets artistiques conjoints franco-biélorusses est aussi un élément important. Un autre axe d’action consiste à présenter au Bélarus des œuvres d’artistes originaires du Bélarus, qui ont rendu célèbres nos deux nations. Les cultures biélorusse et française sont étroitement liées depuis des siècles.

 

Ainsi, par exemple, les premières écoles de ballet sur le territoire du Bélarus d’aujourd’hui ont été créées il y a 260 ans à Nesvizh et à Slutsk par le célèbre danseur et chorégraphe Louis Duprès. À notre initiative et avec le soutien de l’Académie nationale de musique, du Musée-réserve «Nesvizh» et sous le patronage de la Commission nationale chargée des affaires de l’UNESCO cette année à Minsk et à Nesvizh s’est tenue une conférence internationale scientifique et pratique «Le ballet biélorusse dans l’espace culturel mondial», une première (selon Valentsin Elizariev) dans l’histoire du ballet biélorusse. Notre ballet a 260 ans! Et nous l’avons déjà documenté pour les chercheurs et les amateurs.

 

Nous avons organisé beaucoup d’expositions communes de peintres biélorusses et français au Bélarus, il s’agit notamment de la participation de peintres français aux «Salons d’automne avec Belgazprombank», et des expositions des peintres français qui ont participé à «Art capital», de l’exposition du célèbre peintre Roman Zaslonov qui vit en France, au Musée national des beaux-arts de Bélarus, à Gomel, Vitebsk, Orsha, de l’exposition consacrée au ballet d’Alena Ventrillon au Théâtre Bolshoï de Bélarus, et d’autres.

 

En 2016, une présentation conjointe de la haute gastronomie biélorusse et française avec la participation du célèbre institut Paul Bocuse de Lyon a été organisée à Minsk.

 

Dans le cadre de la reconnaissance mondiale de la contribution de la culture biélorusse nous avons initié l’attribution de récompenses de l’UNESCO. Ainsi en 2015, la médaille des «Cinq continents» a été attribuée au Théâtre Bolshoï de Bélarus, en 2016, la médaille «Victor Hugo» et le diplôme du Directeur général de l’UNESCO ont été décernés à Tamara Nizhnikava, Rastislav Yankovsky et Guenadz Ovsiannikov, et l’année suivant e — à Valentsin Elizariev et Igor Loutchanok.

 

Vous réalisez vraiment beaucoup de projets, la majorité d’entre eux sans le financement de l’Etat. Comment parvenez-vous à trouver les ressources financières pour ces activités?

 

— Aujourd’hui il est impossible d’imaginer le développement de la culture sans l’aide du business. Et je ne parle pas seulement du Bélarus, mais de la situation en général dans le monde. Dans tous les pays, l’Etat finance les dépenses principales dans la sphère culturelle, mais pour augmenter la quantité et la qualité de projets, il est important de développer le partenariat entre le public et le privé, et la législation biélorusse nous autorise à solliciter une aide de sponsoring pour la réalisation de projets culturels. Il est faux de penser que cette aide peut se trouver toute seule, automatiquement. Chaque projet, chaque sponsor nécessite une approche spécifique. Il faut se rencontrer personnellement avec chacun, trouver les mots et les arguments qui pourraient intéresser le partenaire. Le sponsor s’attend avant tout à ce que les fonds aillent pour un projet concret et utile.

 

Il n’est pas toujours possible de trouver un seul partenaire pour financer intégralement le projet. Nous parlions plus haut du spectacle du Théâtre Kupala à Paris et des dépenses importantes liées à son organisation. Et bien, figurez-vous, que le projet avait quinze partenaires!

 

Une autre direction importante du travail avec le secteur privé — c’est le rapatriement de richesses culturelles au Bélarus. Malheureusement, nos musées et galeries n’ont pas toujours les moyens pour enrichir leur collections, et sans mécènes, ce processus est difficile à mettre en place. Le premier projet de l’Ambassade, réalisé dans ce sens, était l’exécution d’une copie de portrait de Maria Szymanowska, peint par Wańkowicz (l’original se trouve au Musée Mickiewicz à Paris), et sa remise au musée qui porte son nom à Minsk. Le projet était financé dans son intégrité par des banques biélorusses. Ensuite nous avons organisé au Bélarus des expositions consacrées à Mickiewicz et à Domeyko avec des collections de musées parisiens. Nous sommes en train de réaliser plusieurs projets très ambitieux pour le rapatriement au Bélarus d’œuvres d’artistes de l’École de peinture de Paris. Le rapatriement de collections de travaux de Shraga Zarfin et d'Ossip Lubitch est désormais en train d’être finalisé, nous avons commencé à travailler sur l’acquisition d’œuvres de Mikhail Kikoïne. Il s’agit là non pas d’un ou deux tableaux, mais chaque projet c’est une collection — avec plus de quinze à vingt œuvres! Nous travaillons aussi sur le rapatriement de photos du célèbre natif du Bélarus Pierre Choumoff, qui a créé son studio à Paris au début du XXème siècle c’est près d’une cinquantaine de formidables photographies. Je voudrais souligner ici: sans l’aide de mécènes biélorusses nous n’aurions même pas pu rêver de réaliser de tels projets. Nous prévoyons que ces œuvres seront transmises aux musées régionaux, pour ne pas tout accumuler dans la capitale, mais diffuser la culture, relever son niveau dans les régions, où sont nés les artistes: Zarfin — dans la région de Minsk à Smilovitchi, Lubitch et Choumoff — à Grodno, Kikoïne — à Gomel.

 

L’Ambassade remercie sincèrement tous ceux qui ont soutenu et continuent à soutenir nos projets. Il convient de noter parmi eux Belarusbank, Priorbank, Banque du développement, BelGazpromBank, Belgosstrakh, Beleximgarant, Belrosstrakh, Zepter-Bélarus, Peugeot-Citroen au Bélarus, Renault au Bélarus, Danone au Bélarus, L'usine sucrière de Garodeya, Komkont-Bélarus, Daryda, Triple, E100; A-100, Zubr-Kapital, Lada-OMC, Konte-Spa, L’Usine de papier journal de Shklov, Inglot, Modum, Interfarmax, 5e Element, Ars Communications, le Centre des meubles de Minsk, Bel-Met-BMZ, Sysuev-Bondar-Khraputski, Leonid Stayetski, Georges Ivanov, Igor Mishinev, Vladimir Berezin, la société française LOGIBAT, Michel Contini, consuls honoraires du Bélarus à Lyon, Bordeaux et Marseille et beaucoup d’autres. Un grand merci à vous tous pour votre soutien de la culture du Bélarus. Nous exprimons notre reconnaissance à l’Ambassade de France au Bélarus pour un soutien constant et une attitude bienveillante en matière de visas. Nous adressons notre reconnaissance à tous nos partenaires de communication.

 

Racontez-nous, s’il vous plaît, une journée à Paris qui vous a marqué l’esprit.

 

— Je me rappelle souvent «une journée biélorusse». On est le 6 avril 2016. Dans la matinée, un rendez-vous est prévu dans l’Ecoles des mines de Paris où le fameux Ignacy Domeyko faisait ses études et où il donnait des cours par la suite. Nous avons convenu d’une exposition de documents faits par Ignacy Domeyko et des minéraux qu’il avait trouvés lui-même. Après je me suis rendu à une foire-exposition d’œuvres de Pinchus Krémègne, peintre de l’école de Paris, originaire du Bélarus. Le soir du même jour — l’inauguration de l’exposition «Apollinaire, le regard du poète» au Musée de l'Orangerie. Comme vous le savez probablement, Apollinaire est un célèbre poète français dont la mère est originaire de Novogrudok. A l’exposition il y avait également des œuvres de Chagall, Soutine...

 

Une journée biélorusse dans la capitale du monde qui est remplie de manifestations liées à notre pays — est-ce bien unique? Plutôt c’est réel.

 

Un autre exemple. Cette année le 28 mars, au fameux Centre Georges Pompidou a eu lieu l’inauguration d’une grande exposition consacrée à Chagall, Malevitch et Lissitzky, à laquelle plus de 250 œuvres et documents de 15 musées européens, y compris des fonds du Musée national des beaux-arts et du Musée régional de Vitebsk étaient exposés. En même temps, dans une des galeries de Montparnasse a eu lieu l’inauguration d’une exposition d’Ossip Lubitch.

 

Est-ce que nous, Biélorusses, connaissons bien notre héritage que nos ancêtres nous ont laissé? Si c’est le cas, alors rassemblons-le sous le toit de notre Patrie.

 

Que pensez-vous de la création d’une institution (disons, auprès du Ministère des affaires étrangères) qui s’occuperait de manière systémique de la promotion de la culture biélorusse à l’étranger et qui coopérerait avec les secteurs culturels public et privé?

 

— Des exemples de fonctionnement de tels centres existent dans différents pays du monde: Institut Goethe en Allemagne, Institut Camões au Portugal, Institut Polonais, Institut Français, «Rossotrudnichestvo»...

 

L’idée de créer un tel institut au Bélarus a été proposée par le Ministère de la culture au Ministère des affaires étrangères déjà en 2010. Nous rêvions de créer l’Institut Scaryna ou bien l’Institut Kupala mais malheureusement, l’idée n'a pas eu de suit. Le côté financier de la question est la raison principale de la réticence. Je suis persuadé que nous finirons par y arriver.

 

Le processus est déjà entamé. En 2008, j’ai eu l’honneur d’ouvrir le premier centre culturel à l’étranger, en Pologne. Depuis, trois autres centres du Bélarus ont été ouverts dans d’autres pays. Nous avons de quoi montrer à l’étranger, les questions de coopération avec la diaspora, la promotion du tourisme au Bélarus —tout ça comme d’autres choses pourraient être des axes de travail des centres à l’étranger.